mardi , 4 décembre 2018
Accueil » Guide » 10 bonnes et mauvaises utilisations des processus automatiques sur twitter

10 bonnes et mauvaises utilisations des processus automatiques sur twitter

Sur Twitter, il y a beaucoup de règles pour les processus automatiques qui peuvent être à la fois bons ou mauvais. C’est bon, dans le sens où faire des processus automatiquement est une partie importante dans une stratégie commerciale, et que cela peut être utilisée de manière utile et intéressante.

Mais c’est également mauvais, car cela signifie que l’utilisation des processus automatiques est fortement géré et contrôlé, et que vous pouvez être pénalisé pour avoir enfreint les. Nous allons alors voir les bonnes et les mauvaises utilisations des processus automatiques sur ce réseau social.

1. Les bonnes utilisations des réponses automatiques

Les réponses automatiques sont la forme la plus courante des processus automatiques sur Twitter. Plusieurs professionnels utilisent les réponses automatiques, car elles sont une fonctionnalité de la plupart des plateformes qui gère Twitter. Le réseau même encourage son utilisation, dans leurs directives sur les processus automatiques, recommandant ‘de déployer des campagnes créatives qui répondent automatiquement aux utilisateurs qui s’engagent avec votre contenu.’

Il y a deux catégories de bonnes utilisations des réponses automatiques. La première est une simple réponse proposant un service client. Si vous voyez clairement que votre marque est mentionnée clairement dans une réponse (ou on vous envoie un message privé), proposez une demande de service clientèle, et vous pouvez le faire automatiquement. Une simple réponse comme « Merci de nous avoir contacté, envoyez-nous, s’il vous plaît, un message privé et faites-nous part du problème » vous est peut-être avantageux. Vous aurez des informations sur les problèmes pour aider directement vos clients.

 

L’autre sorte de bonne utilisation d’une réponse automatique, est le bot informatif, qui est plutôt difficile à mettre en place. Par exemple, certaines compagnies aériennes automatisent des réponses qui informent sur le numéro d’un vol et son statut, ou le coût d’un vol dans deux aéroports.

2. Mauvaises utilisations des réponses automatiques

Les exemples précédents sur les réponses automatiques sont des bonnes utilisations, bien que le premier genre puisse quelque fois soulever des problèmes. Le second est très bien, mais nécessite un code personnalisé pour un robot informatique et un accès à une base de données informative afin de fournir l’information. Ce genre de réponse automatique est vraiment excellent.

Le problème se pose quand plusieurs entreprises usent des tweets comme « Merci pour le commentaire » ou « Nous sommes heureux que vous appréciez notre produit », lorsque quelqu’un mentionne leur marque. Il se peut que cela ne s’adapte pas au contexte. Vous pouvez, par exemple, remercier une personne d’aimer votre produit, alors que dans sont tweet, elle fait part de comment il est cassé ou qu’elle le déteste. Ainsi, votre image ou votre nom pourrait offenser quelqu’un dans un retweet. Vous pourriez même spammer la même chose à beaucoup de gens, sans fournir une réelle valeur ni offrir une aide.

Définissez, donc, les réponses automatiques, en soignant les mots clés à utiliser, mais également en excluant d’autres mots clés, pour filtrer les mauvais genres de réponse. Plus vos réponses proviennent clairement d’un robot, moins les gens vont vous faire confiance pour résoudre leurs problèmes. C’est pourquoi, ces jours-ci, il y a beaucoup de marques qui deviennent virales avec des réponses personnalisées et attentionnées, comme le font Wendy et Moon Pie.

3. Bonne utilisation d’un tweet automatique

Paramétrer un tweet pour vous (nous parlons d’un tweet maintenant mais pas d’une réponse) est bien. Après tout, c’est la fonctionnalité de base de la plupart des applications qui gère Twitter.

Une bonne utilisation d’un tweet automatique prend l’avantage dans les services de planification. Vous venez avec vos tweets, vous avez des articles de blog ou autre à lier avec, et vous planifiez de les publier au bon moment, dans les semaines ou les mois à venir.

 

 

Certaines applications plus avancées vous permettront d’automatiser la publication directement depuis d’autres sources, comme Facebook, ou un flux RSS. Certaines autoriseront la publication suivant un cycle, la mise en place d’un calendrier, et la création d’une banque de tweets jusqu’à ce que vous arrêtez. D’autres vous permettront d’avoir un mélange de tweets ponctuels et de tweets périodiques pour que certains contenus restent sensibilisants, tandis que d’autres sont mentionnés en passant.

Certains des meilleurs services d’auto-tweet agissent comme Buffer, vous permettant d’organiser un contenu à la volée et de le tweeter automatiquement. Quelques un proposeront même un contenu à tweeter au dépend des intérêts et des mots clés que vous avez insérez au système. Il trouvera des contenus intéressants et de qualité à partager, ce qui va plus vous valoriser auprès de vos abonnés.

4. Mauvaise utilisation des tweets automatiques

Ce n’est pas une surprise. Les tweets automatiques sont excellent jusqu’à ce que vous en fassiez usage à un niveau excessif. Planifier une publication, c’est correcte. Mais en planifier une nouvelle toutes les dix minutes, chaque jour, c’est du spam excessif.

Consulter notre article sur ce que les données de 2018 disent à propos l’utilisation des robots dans Twitter

Poster des contenus depuis Facebook ou un flux RSS vers Twitter c’est bien, mais vous devez tracer une limite quant il s’agit de poster quelque chose depuis toute source que vous pouvez trouver. Il existe, par exemple, des comptes qui sont censés recueillir des contenus, mais qui n’utilisent souvent que des applications RSS vers Twitter pour tout site qui ne sont que vaguement intéressant. Cela entraîne un flux très spam.

Les pires applications sont celles qui fonctionnent un peu comme ce dernier exemple. Elles vous permettent d’entrer des mots clés ou des centres d’intérêt, ou simplement d’analyser les tweets déjà présents dans votre profil, et de trouver un contenu à partager.

Mais au lieu de vous permettre de choisir, elles le font pour vous. Ce serait bien avec un très bon algorithme, mais souvent, ce n’est pas le cas. Au lieu de cela, ils créent leur propre petit réseau de promotion au sein de l’application, donc le contenu que vous finissez par partager vient principalement d’autres utilisateurs payants du robot, qui veulent promouvoir leur contenu.

5. Les mauvaises tweets automatiques de bienvenue

C’est une sorte d’extension du point précédent. Certaines entreprises sont convaincues que mettre en place un message de bienvenue automatique à tous ceux qui suivent leur compte, est une bonne idée.

Ils essaient parfois d’offrir un ebook gratuit ou un coupon, mais dans la plupart des cas, c’est surtout un petit “Merci de nous avoir suivi”, quelque fois avec un petit “Veuillez nous suivre sur notre page Facebook” ou un appel à l’action supplémentaire.

Mais le problème ici est que ces messages automatiques de bienvenue ne sont jamais virtuellement bénéfiques pour l’utilisateur qui a suivi. Ils sont presque toujours des surventes, des appels à l’action supplémentaires, ou d’autres façons de presser l’utilisateur. Ces utilisateurs n’ont pas suivi pour être pressés, alors ils vont ignorer le message, peut-être le marquer comme spam, ou même se désabonner de suite.

A vrai dire, il y a très peu de bonnes raisons d’utiliser un message direct automatique. Cela fait souvent fuir les bons utilisateurs qui sont sensibles à ce genre de chose.

6. Recherche agressive de followers

Plusieurs applications de gestion de Twitter plus bizarre ont des fonctionnalités pour vous aider à améliorer vos ratios et obtenir plus de followers. La première chose que ces applications font, c’est de parcourir la liste des personnes que vous suivez, puis lister tous ceux qui ne vous suivent pas en retour. Dans certains cas, vous n’avez qu’à cliquer sur un bouton pour ne plus les suivre tous. Souvent, vous pouvez les passer en revue et, manuellement, ne plus les suivre, ou conserver quelques uns dans une liste blanche et ne plus suivre le reste.

Ces applications continuent ensuite avec des fonctionnalités pour vous aider à obtenir plus de followers. Le processus typiques est la méthode suivre/ne plus suivre. En général, ces applications suivent toute personne (ayant un compte actif) qui fait un tweet en utilisant un mot clé spécifique, ou ce mot clé est présent dans leur bio. Et quelques jours plus tard, l’application ne suivra pas l’utilisateur. Parfois, l’application garde ces utilisateurs s’ils vous suivent. Souvent, ils ne font que pêcher des utilisateurs, et ne suivent plus après (mais cela libère quand même de l’espace).

 

 

Dans ce processus, le problème est que ce n’est pas un comportement naturel, et Twitter le qualifie explicitement d’une chose interdite. Cette méthode peut vous conduire à la suspension de votre compte.

7. Suivre automatiquement

Vous pouvez déployer certaines de ces processus sans avoir à risquer votre compte ou déployer des actions non naturelles, et évidemment, cela doit être le plus manuel possible. Vous êtes libre d’utiliser une application qui vous dit quelle personne suivre (ou ne pas suivre), mais si vous voulez ne plus les suivre, faites le lentement et manuellement.

Plus important encore, vous pouvez utiliser une application pour rechercher et trouver des personnes pertinentes à suivre, mais vous ne devriez jamais les suivre avec un souhait de ne plus les suivre plus tard, ou en espérant qu’ils vont vous suivre après. Suivez-les si et seulement s’ils semblent pertinents, et ont des contenus intéressants que vous voulez voir dans votre flux.

Souvenez-vous que, parfois, la liste des personnes que vous suivez est importante pour une marque. Les grandes marques suivent rarement beaucoup de choses, leurs contenus viennent depuis des producteurs internes ou de nouvelles sources ou recherches externes. Moins vous suivez de personnes, moins vous passer de temps à surveiller votre flux organique.

8. Création de comptes multiples

Celui-ci est vraiment une mauvaise technique. Certains bots de Twitter, qui viennent habituellement des endroits comme BlackHatWorld, visent à créer et gérer des dizaines ou des centaines de compte Twitter à la fois. Ils ont des fonctionnalités telles que des proxy attribués, des agents utilisateurs, et d’autres techniques anti-bloqueur de spam.

 

 

Chaque fois que vous avez besoin de contrer un anti-spam, vous faites une mauvaise chose. L’automatisation est censée faciliter l’utilisation de votre compte pour exécuter les tâches de base, mais pas pour effectuer des actions non naturelles.

En créant et gérant des dizaines de comptes à la fois, le problème est que vous n’avez pratiquement jamais besoin de le faire. Si vous essayer de gérer beaucoup de comptes, c‘est parce que vous êtes une agence de médias sociaux qui cherche à gérer les comptes pour les clients. Tous ces clients ne devraient, en aucun cas, afficher les mêmes choses ni prendre les mêmes mesures.

La seule raison pour vouloir gérer plusieurs comptes est de spammer le site de toutes les manières, comme vendre des abonnés robots, et ce n’est vraiment pas un processus automatique recommandé.

9. Création automatique d’une liste

Que dire de toutes ces recherches automatisées pour trouver les personnes à suivre? Ce ne sont pas peut-être bons pour suivre des personnes, mais vous pouvez utiliser les mêmes techniques pour ajouter des gens à des listes. Créez des bonnes listes d’influenceurs, de producteurs de contenu ou de clients, et vous pouvez leurs donner une touche de valeur sans qu’ils se sentent exploités.

Ici, l’astuce est de rester sur le bon côté de Twitter. Vous pouvez utiliser un robot pour ajouter une personne à une liste, mais assurez-vous que c’est une liste pertinente et que les personnes sont pertinentes. N’ajoutez jamais des personnes aveuglément, ce n’est pas pour ça que vous utilisez Twitter. Si vous êtes en mesure d’ajouter des milliers de personnes à une liste, alors qu’elles n’ont rien en commun, alors cette liste ne sert à rien.

En général, ce que vous avez à faire est de créer des listes individuelles sur des sujets spécifiques dans votre niche, et de s’assurer que les gens que vous ajoutez à cette liste ont une interaction pertinente avec ce sujet. Votre plan n’est plus valide quand vous commencer à ajouter des personnes qui sont à peine pertinentes ou qui ont tweeter un mot clé dans un contexte différent.

10. Mauvaise manipulation de la tendance

Celle-ci vient avec la création de plusieurs comptes, car manipuler les tendances et les sujets nécessite plusieurs comptes. Ne le faites surtout pas ! Même si vous avez accès à un botnet, vous serez banni tôt ou tard. Cela a peut-être marché dans le passé, mais Twitter a pris des mesures contre de telles pratiques, après les problèmes Russes de ces dernières années.

Il est recommandé de rester le plus loin possible des techniques de black hat. Il est difficile de créer de façon plus organique un compte, mais la valeur est beaucoup plus durable et beaucoup plus utile.

Check Also

Les outils utiles pour analyser votre marketing et votre contenu Twitter

Quand avez-vous analysé votre Twitter marketing pour la dernière fois ? Vous recherchez des outils …